29 février 2008

Depara

Depara
Posté par Ibis à 20:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 février 2008

Vertige des pentes

(...) Maintenant je suis au Fouquet's à Paris tourne dans la pluie derrière ses étamines ajourées.On entend les mitrailleuses du désir qui nous visent de leurs femmes trop compliquées.Les patineurs inscrivent leur nouvel alphabet sur la glace en viande fraîche de notre  coeur.Je me souviens d'un tableau avec un coin de vendredi tout en dentelle,Douceur des dimanches pour les poètes ces concierges de l'irréel. Elle avait des cheveux en frange de nuage et je sais que ses yeux étaient ailleurs,Du côté du Sud, où mes mains... [Lire la suite]
Posté par Ibis à 19:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2008

Ville violette, astre jaune, ciel bleu

Vincent Van Gogh , Lettres à Emile Bernard
Posté par Ibis à 19:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2008

Karambolage

Arnold Odermatt : 1, 2
Posté par Ibis à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2008

Des routes

Cartes Michelin (Il en manque, la 72 notamment)
Posté par Ibis à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2008

La pensée du jour

À force de perpétuellement prendre le parti de ceux qui ont raison, on se retrouve à ne plus fréquenter que des cons.  Frédéric Roux
Posté par Ibis à 17:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 février 2008

I love Africa

Richard Onyango : 1, 2, 3
Posté par Ibis à 02:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2008

Les jambes d'Alice

Alice est heureuse ou tout simplement fatiguée.  Nimrod, Les jambes d'Alice
Posté par Ibis à 20:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 février 2008

Qui est cette femme ?

« Mon respect éternel à qui saura mettre un nom sur ce visage » nous promet losfeld, un homme de goût.
Posté par Ibis à 19:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 février 2008

Ainsi soit-il

Les eaux de chiottes submergeront nos dépouilles. Des chiottes éternellement débor-dantes, croulantes, fumantes, seules vivantes. Comme au premier jour la planète ne sera plus qu'un vaste océan morne, étale, insolitement calme. Un océan de merde sur lequel un soleil d'encre essuiera ses pénultièmes reflets.                 Maurice Raphaël, Ainsi Soit-Il Tom Waits - Blue ValentineThiéfaine - Autoroute, Jeudi d'automne
Posté par Ibis à 12:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]