la peur vide le ventre du mouton
comme elle vide celui de l'homme
il fiente
                il fiente encore et meurt

que de la merde sèche demeure
en témoignage de sa lutte avec l'ange

ça
     immonde
                         devenu son lit éternel
et sa carcasse par-dessus affalée
dans une ultime étreinte passionnée
possédant sa victoire fantôme
et
     par elle
                   maintenant possédée
sa carcasse toujours exagérément gonflée
et de vent
                     et de fatigue
                                               et d'angoisse
(...)

                Henri Simon Faure, au mouton pourrissant dans les ruines d'oppède