03 août 2009

Les merveilleux nuages

Posté par Ibis à 20:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2009

Au Cameroun, c'est-à-dire nulle part

— En Afrique ! que j'ai dit moi. Plus que ça sera loin, mieux ça vaudra !
Posté par Ibis à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2008

Actualité et conjecture

J'avais beau faire, les évènements du globe parvenaient jusqu'à moi, qui aurais préféré regarder un doryphore se mouvoir sur une plante de pomme de terre.                    Robert Poulet, La Conjecture
Posté par Ibis à 23:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2008

PS/UMP

Posté par Ibis à 11:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 juillet 2008

Pour un regard moderne

Posté par Ibis à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juin 2008

Le Chaos et la Nuit

  Le soir, tard, Pascualita entendit qu'on parlait dans la chambre de son père. Elle frappa, sans réponse, puis entra. Il dormait, l'avant-bras ramené sur son front, dans un geste familier aux grands singes, et il disait en dormant : « Laisse-nous tranquille avec la démocratie... »                  Montherlant, Le Chaos et la Nuit
Posté par Ibis à 22:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 février 2008

Ainsi soit-il

Les eaux de chiottes submergeront nos dépouilles. Des chiottes éternellement débor-dantes, croulantes, fumantes, seules vivantes. Comme au premier jour la planète ne sera plus qu'un vaste océan morne, étale, insolitement calme. Un océan de merde sur lequel un soleil d'encre essuiera ses pénultièmes reflets.                 Maurice Raphaël, Ainsi Soit-Il Tom Waits - Blue ValentineThiéfaine - Autoroute, Jeudi d'automne
Posté par Ibis à 12:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 décembre 2007

Cabane boum boum

Posté par Ibis à 21:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 décembre 2007

Journal d'un raté

Moi, ce que je voudrais, c'est une ambiance follement excitée au sein d'un groupe de gens, avec des femmes bien sûr, pendant que le navire fait route. Et ce serait une croisière à perte de vue, tout bonnement. Pratique, un navire, parce qu'on ne s'en échappe pas. Et le huis-clos rend les rapports plus débauchés. Mais l'homme dans son impatience a besoin d'apercevoir de temps en temps des rivages, des ports et des paysages. Situation de grande tension qui ne se déchargera que dans le meurtre. Le sang les fait tous se serrer l'un... [Lire la suite]
Posté par Ibis à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]