29 avril 2009

Pensée du soir

« Qu'as-tu à toujours penser à toi. Tu ferais mieux de penser aux autres. »- Je n'en ai pas envie.               Vassili Rozanov, Esseulement
Posté par Ibis à 01:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2009

La Mongolique

... Je ricanais doucement et je sentais la fin d'un monde. ( Maurice Ciantar, La Mongolique)
Posté par Ibis à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2009

Lille

Sentir entre le pouce et l'index la trépidation d'une tige de matière plastique déposant une trace qui s'allonge à l'infini en arabesques stupides s'appelle écrire... Ecrire quoi, je vous l'demande. Et je ne peux vous rendre compte, lecteur crétin, que du sentiment de gêne mélé de répulsion, pour ne pas dire de paresse, qui me laisse dans le fond de la gorge comme un sédiment tenace ; quelque chose à expulser mais qui se révèlerait en dernière analyse inexpulsable.(...)           Konrad Schmitt, Lille... [Lire la suite]
Posté par Ibis à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2008

Et surtout la santé!

Posté par Ibis à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2008

La pensée du soir

La vie est un songe, mais les veilleurs de nuit crient trop fort. Paul Masson
Posté par Ibis à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2008

Actualité

J'ai claqué la porte et je me suis retrouvé dans la rue déserte, sous la pluie glaciale, ivre de haine et de solitude beaucoup plus que de bière, tournoyant sur moi-même comme un gosse qui fait l'avion dans l'espoir insensé de prendre son vol, à la fin. A force. Mais non. Aucun décollage n'était possible. On restait obstinément le nez contre terre. A jamais enfermé dans cette prison. Si encore on avait eu droit à une cellule individuelle. Mais ce n'était pas prévu. Sans liberté et grouillement de vie : avec promiscuité de semblables à... [Lire la suite]
Posté par Ibis à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 octobre 2008

Louons les grands hommes

« Au crépuscule de ma vie, je ne puis dire que je me suis trouvé du mauvais côté du fleuve. Au terme de cette longue route, j’ai perdu beaucoup de mes certitudes d’antan. Mais je crois pouvoir dire que, s’il m’est arrivé d’errer, je ne me suis jamais égaré. »
Posté par Ibis à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2008

Dimanche en province

Le lendemain était un dimanche qui, dans les semaines bien agencées, suit toujours les samedis, eussent-ils été fort mouvementés....La vie de province a ceci d'agréable qu'on ne s'y voit pas vieillir.          A.D.G. - On n'est pas des chiens
Posté par Ibis à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 août 2008

Le soleil, la mer, tout ça...

« Elle était toute nue et la vue de son cul renouvela ma foi en l'évolution. »  (Richard Brautigan, Le général sudiste de Big-Sur) Et sur ce, je pars en vacances.
Posté par Ibis à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 août 2008

Trêve olympique

Posté par Ibis à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]